Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 2015-06-26

Rage d'après Hamlet (2015)

Théâtre des Furies

Durée : 1h25
Date et lieu de création : Du 2 au 6 novembre 2015 à la Comédie de Caen

Photo Tristan Jeanne Valès
Photo Tristan Jeanne Valès
Photo Isabelle Ebran

Cliquez pour agrandir
 C'est en relisant Hamlet que j’ai trouvé ce qui me plait vraiment chez Shakespeare.
Toutes ses couleurs, toutes ses oppositions : poésie et trivialité, humour et tragédie…
Toute cette nourriture pour le jeu de l’acteur, parce que c’est un théâtre sur le théâtre permanent
et qu’ensuite l’idée qu’il se fait du monde reste ô combien actuelle comme le dit Jacques dans «
Comme il vous plaira » :
« Le Monde entier est une scène de théâtre où les hommes et les femmes n’en sont que les
joueurs. Ils y ont leurs entrées et leurs sorties. »
Dans « Hamlet » la même question du théâtre et de la théâtralité se pose.
J’ai refermé le livre et alors ?
Hamlet est-il réellement fou ou le devient-il à force de le contrefaire ?
Il se peut que je contrefasse la folie dit-il. Ou pas.
Pour moi, peu importe, une chose est sûre c’est qu’il est désespéré.
Et c’est ce désespoir qui m’intéresse. Que reste-il face à la désespérance ? Face à cette envie de
justice pour un monde meilleur ?
Agir ? Mourir ? Ou ne rien faire, rester dans la procrastination, ressasser son dégout, se noyer dans
la vase, avaler la pourriture qu’on nous impose.
Chez Hamlet, l’émotion vient après la contrefaçon de l’émotion et c’est en jouant quelque chose
que ce qu’il joue advient.
Moi qui cherchais à être seul en scène, c’est une évidence, ce sera avec lui.
Tout se passe dans la conscience d’Hamlet. C’est l’axe dramaturgique où tout devient possible seul
en scène. C’est cet axe là que j’ai choisi.
Le drame a eu lieu.
Avant de disparaître, Hamlet confie son histoire à Horatio. Il va revivre et incarner avec intensité
cette histoire comme un acteur en jeu sur une scène d’un théâtre dépouillé.
Une scène où on le voit isolé, marginalisé et surveillé.
Une scène où il revisite le monde, dans la solitude et dans l’espace de son propre crâne.
A Elseneur, il y a quelque chose de pourri.
Ça pue.
Hamlet étouffe, il manque d’air.
Il est seul contre tous, privé de l’héritage de la couronne, mis à l’écart.
Il vit dans un vieux monde qui l’englue, on l’oblige à accepter l’inacceptable.
Dans le jeu de la folie, Hamlet veut affronter le pouvoir avec les armes du théâtre, le mettre face à
un miroir. Mais c’est en vain… Il reste dans la tragédie de son incapacité à agir.
Alors Hamlet doit sortir la tête hors de l’eau, hors de la vase d’où se noiera Ophélie (victime
collatérale). Hamlet va devenir un barbare chez les barbares. Il va agir dans une urgence, dans
l’excès, secouer tout ça dans une soif d’absolu, dévoiler le monde qui l’entoure tel qu’il est, le
dépouiller de ses illusions, et au final disparaître avec lui, pour faire place à un monde nouveau
dans lequel Horatio pourra à son tour raconter cette histoire… Raconter l’histoire d’Hamlet encore et encore.

L'équipe

Auteur/e : W. Shakespeare
Mise en scène : David Fauvel et Médéric Legros
Distribution :  Comédien : David Fauvel
Création lumières : Thalie Guibout
Création vidéo : Arnaud Léger
Composition musicale : Arnaud Léger

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique Théâtre des Furies : cliquez ici

Production

Production principale :  Le Théâtre des Furies
Co-production et partenariat :  La comédie de Caen - CDN de Basse-Normandie
La ville de Bayeux

Le Théâtre des Furies est subventionné par Le Ministère de la Culture/DRAC de Basse-
Normandie, La Région de Basse-Normandie, L’ODAC du Calvados et la ville de Caen.

« Ce spectacle a bénéficié du fonds mutualisé d’accompagnement artistique de Normandie »

autres spectacles

Dévore d'après Macbeth [+]
Rage d'après Hamlet [+]
Les Bonnes [+]
Caligula Supernova [+]
Desdemone [+]
 

agenda