Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 2019-11-25

Retours/Voyage d'Hiver (2016)

Compagnie Divine Comédie

Durée : 01h30
Date et lieu de création : 26 avril, Chapelle Saint Louis





Cliquez pour agrandir
Retours : le salon d’un couple de quadras, en deuil de leur fils, un adolescent disparu six mois plus tôt dans une avalanche. Se produit l’inconcevable : on sonne à la porte, c’est lui, il est vivant, la vie reprend... jusqu’à sa prochaine disparition.

Voyage d’Hiver : un salon encore, un jeune couple, elle est au bord d’accoucher, mais il n’a pas vraiment conscience de la nécessité absolue de l’accompagner, tout de suite, à la clinique… une succession de séquences sur la première journée d’un enfant que ces parents semblent avoir du mal à prendre en mains, qui flirte avec notre effroi profond, ou notre désir, de provoquer soudainement la catastrophe.

La Norvège, on l'imaginait sombre, paysages hostiles, méandres de l’âme, répliques elliptiques, revenants, chiens errants… C'est qu'on ne connaissait pas le renouveau de la jeune génération à l’humour féroce et déroutant. Le pastiche est force de renouvellement. En 1893, Alfonse Allais créait, pour moquer les impressionnistes, le premier monochrome de l’histoire, Première communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige. Brattberg, lui, invente sa forme, cuisinant les plats de ses ancêtres (Ibsen) et ses aînés (Fosse), et des recettes du cinéma (Lynch, Tarantino), de la série, de la publicité. Il fait sa comédie, comme le firent Beaumarchais et Marivaux, fatigués de la  tragédie vieillissante. Les pièces de Brattberg sont répétitives et imprévisibles comme de la bonne musique. Il est d’ailleurs aussi compositeur ! Il a écrit Retours en pensant au succès des œuvres qui répètent le même thème, le Boléro de Ravel ou l’ouverture de l’Or du Rhin, ajoutant à chaque reprise de nouveaux instruments. Le fils mort revient, meurt, revient : c’est si impossible, physiquement, émotionnellement, que cela ouvre à chaque fois sur un nouvel inconnu, où se côtoient sincérité vibrante et grotesque jubilatoire. Quant à Voyage d’Hiver, si le titre annonce clairement sa musicalité lyrique et sombre, c’est pour la développer dans un très inattendu voyage en train de banlieue. 
Après le montage d'une première partie en version pour appartement, nous nous attaquons à relier deux pièces de cet auteur en un diptyque pour la scène, dans une scénographie de Marguerite Rousseau et des lumières de Mathilde Chamoux.

L'équipe

Auteur/e : Fredrik Brattberg
Mise en scène : JC Blondel
Distribution : Valérie Blanchon, Sylvain Levitte, Magne-Havard Brekke et Albertine Villain-Guimmara
Décors / scénographie : Marguerite Rousseau
Costumes : Sonia Bosc
Création lumières : MArco Benigno

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique Compagnie Divine Comédie : cliquez ici

Production

Production principale :  Divine Comédie
Co-production et partenariat :  Rayon Vert, Saint-Valéry-en-Caux
Avec le soutien de l'ADAMI, du JTN, de l'ESAD, de la Région Haute-Normandie, du Département de Seine-Maritime, de la Ville de Rouen.

autres spectacles

La Honte [+]
J'avais un pays autrefois [+]
Retours/Voyage d'Hiver [+]
Œdipe à Colone [+]
L'Echange [+]
Retours [+]
Solness, Constructeur [+]
Partage de Midi [+]