Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 0000-00-00

Impressions Kafka, nuit d'insomnie (2008)

Compagnie des voyageurs imaginaires

Durée : 1h10
Date et lieu de création : Le Volcan, Scène Nationale du Havre

Elisabeth Delestre



Cliquez pour agrandir
A l’origine de cette proposition théâtrale, il y a une envie de parler de l’intimité. Le théâtre est un acte intime. Des humains parlent à d’autres humains…et de quoi parlent-ils ? De leurs sensations de vie.

 

Ne sommes-nous pas dans une période de communication ou la moindre personnalité se répand et confie au tout public le déroulé de son quotidien : l’auto-fiction est à la mode. Et comme nous vivons, paraît-il,  dans un monde de plus en plus rapide et impatient : les confidences intimes de n’importe quelle personnalité fleurissent au hasard de l’actualité politique, sportive et littéraire.

 

Franz Kafka a tenu un journal pendant 15 ans. Pendant plus de 20 ans, beaucoup de ses nuits se sont écoulées à sa table de travail. Toutes ses années passées à risquer le patient labeur de l’écriture sans aucune certitude d’une quelconque réussite font des écrits d’un tel homme : une œuvre littéraire… Une œuvre miraculée, car malgré son ultime souhait de tout brûler, ses écrits nous parviendront grâce à l’intuition de son ami, Max Brod.

 

Ce garçon malingre, mal-aimé de ses parents (?), constant insatisfait, angoissé perpétuel, convaincu de sa médiocrité et incapable ou presque de terminer un récit (la grande partie de ses œuvres restent inachevées)… hé bien, cet homme est rentré dans l’histoire de la littérature mondiale et n’est pas prêt d’en ressortir.

 

Beaucoup d’éléments de ce spectacle s’appuient sur des informations avérées de la vie de Kafka : la chambre dans l’appartement familial, son plaisir de rameur, sa relation à la nourriture, sa mauvaise humeur, ses problèmes relationnels et affectifs, ses insomnies ou son manque de confiance.

D’autres éléments, que nous qualifierons de poétiques, sont venus enrichir cette proposition de théâtre car ce spectacle n’est pas une thèse sur Franz Kafka, mais une accumulation d’impressions face à une personnalité fascinante.

 

Ces éléments de liberté artistique sont le texte lui-même (morceaux de puzzle puisés dans les journaux et les correspondances de cet écrivain) et la présence de cette femme. Car savez-vous que cette femme n’a rien à faire dans la chambre de ce garçon… Kafka n’a jamais partagé avec une compagne la pièce qu’il occupait dans l’appartement familial.

 

Et pourtant cette femme sera tellement importante pour vous, elle sera votre fil rouge…

 

Qui est cette femme ? Sa maîtresse, sa fiancée, sa mère, sa sœur, sa femme de chambre… Elle pourrait être tant de choses… Nous pouvons être tant de choses !

 

En pleine nuit, elle aussi vaque à ses occupations. Un contre-point. Une femme joyeuse, vivante…

 Pourquoi ne lui répond-t-elle pas avec des mots ? Parce qu’elle lui a déjà répondu 100 fois. Pourquoi préfère-t-elle chanter ?  Car sa tête et son corps résonnent encore des musiques et des danses de l’après-midi… Présence chantée, écho de fête…

Spectacle dédié… à notre besoin de consolation

L'équipe

Auteur/e : Franz Kafka
Mise en scène : Yvan Duruz
Distribution : Yvan Duruz, Anaïs Le Marchand
Décors / scénographie : Edouard Sautai
Costumes : Pascale Barré
Création lumières : Maximilien Sautai
Création bande son : Franck Malet, José Michel
Composition musicale : Chants de la tradition yiddish ashkénaze
Autre(s) collaboration(s) artistique(s) : Création masque : Jean-Christophe Leforestier

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique Compagnie des voyageurs imaginaires : cliquez ici

Production

Production principale :  Le Volcan, Scène Nationale du Havre
Co-production et partenariat :  Cie des voyageurs imaginaires

autres spectacles

Les Frères Guillemets [+]
Mrs Papillon et Jolicœur... [+]
Le lecteur d'un jour [+]
La peur des coups ? [+]
La parpaillole-souricette [+]
Impressions Kafka, nuit d'insomnie [+]