Les informations figurant dans le répertoire sont mises à jour par les structures qui y sont référencées. Ces dernières portent la responsabilité de leur contenu et de leur mise à jour.
Date de mise à jour : 2013-09-23

14-18 vues d'ici (2013)

Chemins d’acteur

Durée : 1H30
Date et lieu de création : 26/09/13 Oissel

photo service communication Oissel
photo service communication Oissel
photo service communication Oissel

Cliquez pour agrandir

« L'histoire, belles légendes. Comme celle d'une belle époque qui se complut dans la béate contemplation de son présent et rêva des miracles promis par un inévitable progrès. La prospérité était à portée de main, la paix assurée. …… Et si jamais la guerre, que Jaurès nous prédisait, venait à se déclarer, on y partirait la fleur au fusil, comme pour une escapade estivale, à Deauville, à Biarritz, où des baigneuses de cartes postales s'adonnaient à d'innocents plaisirs balnéaires.

C'est un lieu commun, dans tous les sens du terme: Nous sommes tous égaux devant la mort. Et la guerre, cet incomparable auxiliaire de la grande faucheuse, la guerre aurait de semblables vertus. » Yoland Simon

Souvent, de cette guerre centenaire, il n’est question que de héros, de morts pour la France, de ces aïeux qui occultent  le présent des vivants. Mais pendant qu’ils se battaient, les « poilus » des tranchées, pendant qu’ils mouraient pour quelques kilomètres de terrain, qui faisait fonctionner la France ?

En lisant les nombreux ouvrages relatant l’histoire de ceux et surtout de celles qui sont restés à l’arrière et qui ont travaillé pour relever la France ; nous avons considéré qu’à l’aube de l’anniversaire des cent ans de cet événement, il était très important de relater aussi leur histoire. J’ai pensé que l'écriture subtile de Yoland SIMON saurait rendre hommage aux soldats de la guerre de 1914 et aux hommes et femmes qui ont été des contemplatifs obligés (les vieilles personnes, les enfants, les réformés…) de la guerre. Pour avoir mis en scène plusieurs des ses pièces de théâtre, je savais qu’il apporterait un souffle poétique teinté d’humour qui contrebalancerait  l’horreur de cette guerre au travers de son narrateur qui est le fil conducteur de cette histoire.

Ainsi, le texte donne un éclairage intéressant  sur une guerre qui a modifié à un point tel les rapports entre les hommes et les femmes, que rien n’a plus jamais été comme avant ! Les femmes ont commencé à envisager leur vie de façon autonome, les chemins vers la libération de la femme allaient tout doucement se mettre en place.

Aux dialogues s’ajoutent chansons, poèmes, communiqués militaires. Ces fragments réunissent au final les  petits accidents quotidiens montrant  la dégradation d’un monde, des rêves d’éternité d’une « belle époque », de la faillite d’une civilisation et d’événements précurseurs de temps aussi déraisonnables : une sorte de mémoire au présent.

Bob VILLETTE


L'équipe

Auteur/e : Yoland Simon
Concepteur/trice : Yoland Simon
Mise en scène : Bob Villette
Distribution : Catherine Cazorla
Agnès Dewitte
Nicolas Hebert
Sophie Roussel
Bob Villette
Et les voix de Michel Rassent (narrateur), Isabelle Brasse, Nathalie Capelle, Géraldine Durand, Raphaël Faccon, Jacky Lecoustre, Fanny Lecuyer, Dimitri Riviere, Pierre Touchard et Christian Vassard

Décors / scénographie : Bob Villette
Costumes : Catherine Cazorla
Création lumières : Bob Villette
Création bande son : Agnès Dewitte

Contacts

Pour afficher les coordonnées de l'équipe artistique Chemins d’acteur : cliquez ici

Production

Production principale :  Comédie Errante
Co-production et partenariat :  Ville d'Oissel
Ville de Cléon

autres spectacles

Drôle de citoyen [+]
L'Ecole de la Réussite [+]
On n'est pas des robots [+]
C'est si bon [+]
L'homme nouveau est arrivé [+]
14-18 vues d'ici [+]
Bonjour et des bonbons [+]
Les chemins d'Aragon [+]
Hannibal l'animal [+]
Un monde de rustres [+]
Ouf ! [+]
Le Rire du moineau [+]
Cocos z'et cocottes [+]
Paroles… Comédie N°2 [+]
Paroles… Comédie N°1 [+]
Danger Public [+]
Paroles de… Georges Feydeau [+]
Feu la mère de madame / Mais n’te promène donc pas toute nue [+]